Masters of Sex

Showtime – Drame – 24 épisodes sur 2 saisons
Synopsis : Dans les années 50, un gynécologue réputé, qui connait tout sur comment on fait des bébés, souhaite comprendre le Sexe. Pour l’aider dans son étude, il fait appel à une secrétaire, mère célibataire à la sexualité décomplexée. S’ensuit une bataille avec la Fac pour pouvoir effectuer une étude sur le sexe, une recherche de cobayes qui accepteraient de coucher avec des inconnus tout en étant observés, etc… Des situations plus cocasses les unes que les autres.Masters-of-sex-evingelBasée sur l’histoire vraie de William Masters, ce qui est intéressant, ce sont les points de vu diamétralement opposés des deux personnages principaux; une femme et un homme. Un qui pense mécanique et l’autre émotion. Un qui s’y connait et l’autre pas.
La série commence en te faisant croire que les hommes vont enfin comprendre comment fonctionnent les femmes, et au final, elle prend une direction totalement différente.
La vie privée de tous les personnages fait partie intégrante de toute l’histoire, ce qui la rend plus prenante.
Les personnages sont très très bien travaillés, très complexes. Il n’y a pas de gentils ou de méchants, ce qui rend cette série normale en fait. Elle est pas super rapide, mais son rythme me convient très bien… il n’y a pas de lenteur inutile, c’est coupé parfaitement.Masters-of-sex-evingelContrairement à un Game of Throne, où y’a du cul pour du cul, et tu sais pas pourquoi, MOS, dont c’est le sujet principal, n’en abuse absolument pas. Les scènes sont propres et utiles, et bien sûr elles titillent, mais on parle de sexe quand même, c’est juste normal ! On se rend compte aussi qu’ils traitent du sujet de la masturbation féminine, comme étant commun dans les années 50, alors qu’en 2013, en France, on en parle du bout des lèvres… c’est plus 15 ans de retard qu’on a là. MOS te donne envie d’aller ouvrir un bouquin et en apprendre un peu plus sur ce qui se passe entre tes cuisses… scientifiquement parlant.
Ensuite, le décor et les costumes… Je suis toujours aussi friande de ces retours en arrière, alors mes yeux adorent. En revanche, contrairement à un Boardwalk Empire, un Mad Men ou un Hannibal, la photographie est pas top, voire inexistante… dommage.

Elle est actuellement en production, mais y’a déjà 7 épisodes à voir.

Ma conclusion : Si vous recherchez de l’action ou si le sexe vous met vraiment mal à l’aise ou si vous êtes méchamment en galère et que vous voulez pas être excité(e) pour rien, passez votre chemin, sinon installez-vous bien!

La bande annonce en VO